Trilogie Instinct par Vincent Villeminot


Résumé du tome 1 :

Lorsque la Ford paternelle quitte la route inexplicablement, Tim a dix-sept ans. Il perd dans l’accident ses parents et son frère Ben. Mais de cette effroyable nuit, le garçon ne garde qu’un souvenir, troublant : quand il a repris conscience, il était un grizzly…

Que s’est-il passé ? Le choc a-t-il provoqué un accès de folie chez Tim ?
Ce n’est pas l’avis du Pr McIntyre. Selon lui, l’adolescent est effectivement devenu un ours, pendant plusieurs heures, tout comme des centaines d’êtres humains se transforment chaque année en animal. Sceptique, Tim rejoint pourtant une cinquantaine d’autres initiés à l’Institut de Lycanthropie. Il ne sait plus que penser : cette métamorphose a-t-elle vraiment eu lieu ? Est-il responsable, malgré lui, de la mort des siens ?
Aux yeux du Pr McIntyre, une seule chose est certaine : la métamorphose de Tim va se reproduire. Bientôt.

Conclusion du test : Une trilogie rythmée mélangeant thriller et fantastique portée par l’écriture fluide et quasi sans accroc de Vincent Villemot. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est que l’histoire conjugue tout au long des trois tomes des intrigues différentes et plus ou moins complexes. Le lecteur (qui sera le plus souvent adolescent) n’est pas pris pour un gamin au vu des thèmes abordés (que je ne vais pas vous révéler ici, sinon, où est le mystère ?). Un autre point qui mérite attention, c’est le fait que les chapitres soient écris en alternance selon plusieurs points de vue, ce qui permet une meilleure compréhension des personnages et de leurs décisions. Cela renforce également le suspense puisque l’on est parfois amené à voir une même situation à travers les yeux de personnages parfois ennemis.

Le plus : Ayant fait trois ans de philosophie, je ne pouvais pas lire ce livre sans que cela ne me fasse penser à un point souvent questionné : Qu’est-ce qui fait de l’homme un homme ? Le fait qu’il résiste à ses pulsions « animales » et qu’il les contrôle ? S’il ne le fait pas, est-ce qu’il retourne à l’état sauvage, à l’état animal ? Souvent au cours de ce roman, les personnages « anthropes » sont amenés à se questionner : sont-ils des animaux ou des humains ? Quelle est la part d’eux-même la plus importante ? 

Sinon, de manière plus concrète : la couverture en relief est très sympa (un petit air de Jurassic Park avec la griffure) et le livre de bonne qualité à un prix pas si élevé (14e50).

Mon personnage favori : Shariff, pour sa manière si particulière de voir le monde et pour son évolution au cours des trois tomes.

Publié le 18 septembre 2012, dans Livres, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :