Saga Uglies de Scott Westerfeld


Résumé du tome Un :

Qu’elle va être belle la vie quand Tally Youngblood aura seize ans. Après l’opération, elle ira chez les Pretties. Parce que la vie à Uglyville, ce n’est rien comparé à celle qui l’attend à New Pretty Town. Dans ce futur éloigné, les gens sont normaux jusqu’à seize ans. On les rend parfaits ensuite. Évidemment, ils ont alors tendance à tous se ressembler, parce qu’une fois qu’on a défini la perfection, on s’y tient. Et dans ce beau monde uniformisé, paradis high-tech, Tally se mariera et ira habiter en banlieue pour y perpétuer le cycle « vertueux». Mais cette société idyllique n’a-t-elle pas oublié quelque chose ? Et est-elle si parfaite ? Tally devra attendre pour s’en assurer : son amie, Shay, a pris la poudre d’escampette. Plus question d’opération tant qu’elle ne l’aura pas ramenée. Un récit plein d’intelligence et d’originalité.

Cela faisait un moment déjà que j’avais envie de lire cette saga, mais à chaque fois, je ratais l’occasion de peu. Cette fois, j’ai vu les volumes m’attendant bien sagement sur un des rayonnages de la bibliothèque où je travaille, et là je me suis dit : c’est LE moment. J’ai donc sauté dessus !

Conclusion du test : Passé les premières pages du premier tome où je trouvais Tally limite totalement cruche, j’ai adhéré au roman et à cette société futuriste qui se rapproche pour moi plus de la dystopie que de l’utopie. Bien sûr, les gens qui y vivent sont très heureux mais c’est surtout [spoiler] parce qu’ils n’ont plus toute leur tête ! Au fur et à mesure des tomes, le coté terrifiant de ce mode de pensée ressort plus fortement et le personnage de Tally évolue avec l’histoire, se voyant imposer opérations et métamorphoses. Le dernier volume présente une des conséquences des actions de Tally et introduit un nouveau personnage clé, qui pour ma part, m’a porté sur les nerfs tout au long de ma lecture. Mais avec le recul, on comprend que cette façon de « limiter » la réflexion humaine a été mise au point afin de protéger la planète terre des ravages des hommes mais aussi l’humanité d’elle-même. Une situation désastreuse qui part d’une bonne intention.

Le plus : Un tome cinq est sortit. C’est apparemment un guide sur la série, mais je ne l’ai pas encore feuilleté.

Publié le 27 décembre 2012, dans Livres, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :