Carabosse : La légende des cinq royaumes de Michel Honaker


« Carabosse est belle, mais bossue. Suite à un échec amoureux, elle passe du côté obscur et devient la fée du Vent-Mauvais. Elle s’acharnera contre sa sœur en maudissant sa lignée. »

Carabosse

Conclusion du test : En ce moment, les reprises de contes de fées ont la côte, surtout au cinéma. J’ai donc tout de suite été emballée par l’idée de lire une ré-écriture la Belle au Bois dormant. Malheureusement, ça n’a pas vraiment été une réussite pour moi…

L’auteur nous plante le décor de cinq royaumes heureux et unis entre eux, où se côtoient les bonnes fées et le vent mauvais, jusqu’à ce que tout ceci ne soit bouleversé par une jeune fille amoureuse mais rejetée par l’objet de son désir. C’est en gros le pitch de départ à partir duquel s’enchaînent les éléments du conte comme on les connait.

Ayant vu Maléfique / Maleficient (déjà plusieurs fois), mes attentes considérant l’originalité de l’histoire étaient assez hautes, et c’est notamment là-dessus que j’ai été déçue. Pour moi, beaucoup d’éléments auraient pu être approfondis alors qu’ils n’ont été que survolés, et l’histoire aurait pu être plus complexe. De la même manière, je trouve la fin trop simple et très (trop ?) rapide. Je pense que j’aurai préféré une tournure plus tragique des événements et pourquoi pas un chapitre final en demi-teinte.

Toutefois, j’admets que ce livre étant à destination d’adolescents, pas mal de sénarii plus noirs (mais aussi plus intéressants de mon point de vue) n’ont peut-être pas pu être envisagés.

Une autre critique qui vient s’ajouter à cela concerne l’écriture : je n’ai pas vraiment accroché aux longues phrases de description saupoudrés à travers les chapitres. Pour moi elles ont plus constitué un obstacle à une lecture fluide plutôt qu’à un atout. Dommage.

En conclusion, je ne sais pas si je peux recommander ce roman. Ce n’est pas une catastrophe mais pas un top 10 non plus, on va dire que je suis très mitigée. Il existe cependant pas mal de gens qui ont adoré ce bouquin, peut-être que quelqu’un de plus jeune (et de moins fan des situations glauques) y trouverait son bonheur.

Publié le 16 novembre 2014, dans Livres, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :