J’ai testé pour vous… L’électrostimulation by Compex !


compex-oneConcentration.

 

Inspiration.

 

Expiration.

 

J’ai les mains qui tremblent.

Je retiens mon souffle, le moment fatidique arrive et… je colle l’électrode sur ma peau.

Merde trop haut !

 

Je suis en ce moment dans ma salle de bain, sur la pointe des pieds, debout sur un tabouret Ikéa en plastique. J’essaie avec grandes difficultés d’avoir une image correcte de mon arrière-train dans le miroir. Rien que ça, ce n’est déjà pas mal. La raison d’une telle activité (un poil incongrue, je valide complètement et totalement) : j’ai décidé de me muscler les fesses avec un appareil de feignasse. Un machin électrique quoi ! A impulsions. Un taser à culotte de cheval !

Seulement voilà…

De un, il se compose d’électrodes libres qu’il faut placer selon un dessin (faisant 2 x 2 cm sinon c’pas drôle). Du coup, ça veut dire être précise (un peu) et symétrique (imaginez quelqu’un qui aurait une des deux fesses musclées et l’autre pas). Deux choses qui ne vont pas de soi lorsque l’on se trouve en équilibre et avec comme aide celle d’un miroir qui cadre d’habitude seulement mon visage (ce qui le matin n’est déjà pas mal).

De deux, le dessin indique qu’il faut placer ces électrodes (bien collantes à tes doigts) sur le haut des fesses. Mais qui donc veut muscler la partie supérieure de ses fesses alors que, globalement, c’est toujours la partie basse qui pose problème ?

Bref, je renonce à mon attitude de rebelle et finis par coller les carrés aux bons endroits (comptez tout de même bien un quart d’heure de bataille entre le « trop haut », « trop bas » et « pas comme il faut »).

 

Etape suivante (parce que l’électricité statique ne suffit pas) : brancher les câbles. Le code couleur est simple, j’ai Bac+3 je devrais m’en sortir. Je branche l’embout rouge du fil bleu en haut à droite, l’embout noir du fil bleu juste en dessous et ainsi de suite. Cette fois en deux minutes l’affaire est bouclée.

 

Par contre, je n’ai que rarement eu l’air aussi stupide de ma vie (et pourtant) : je suis maintenant au milieu de mon appartement, en T-shirt et petite culotte, six électrodes noirs collés aux fesses et huit fils qui relient ceux-ci à un boitier de la taille d’un ancêtre du premier nokia.

 

Bon, sur le guide il est noté que l’on peut rester debout (pendant les 25 minutes de l’ « exercice » aha), s’assoir sur les électrodes (pourquoi ça me semble être une idée terrible, dans le mauvais sens du terme ?) ou s’allonger sur le ventre. Optons pour la position horizontale devant un quelconque épisode de série.

Une fois dans la position indiquée, je lance l’appareil. Bip bip de bienvenue, sélection du programme et oooooh choix de l’intensité. Je monte petit à petit les niveaux et sens les petits picotements caractéristiques des impulsions électriques. D’abord il y a une phase d’échauffement, puis l’appareil alterne entre les périodes de contraction et celles de repos.

 

Après 25 minutes, une conclusion s’impose à moi : ce n’est absolument pas avec ça que je vais devenir une bombasse !

Alors sur les abdos (oui parce que je l’ai déjà testé sur cette zone), on sent que ça contracte quelque chose et que du coup, même si les effets ne sont pas renversants, on est convaincu que l’on vient de faire du sport (de feignasse, mais tout de même). Sur les muscles des cuisses et des bras, aucun souci, on voit clairement les contractions (ce qui donne des résultats juste terribles lorsque l’appareil envoie une impulsion et que l’on tient un stylo aha).

Par contre, dans le cas du butt la question se pose. Déjà parce qu’à part des fourmis et des picotements douloureux je n’ai pas vu l’intérêt de la chose, et car d’autre part si je veux contracter mes muscles de fesses je peux le faire toute seule beaucoup mieux.

 

Ce que je retiens donc de cette expérience : concernant « muscler son arrière train » j’ai eu l’air très très stupide pour au final pas grand-chose, mais j’ai bien rigolé (de moi). Pour les autres parties, on voit bien la contraction des muscles donc théoriquement ça marche. 

Prix de l’expérience : environ 200e le joujou de milieu de gamme (j’ai un Compex one)

Les plus : des vidéos en ligne qui te montrent comment utiliser ton appareil et quels exercices faire en même temps (si tu veux vraiment faire du sport), les électrodes ne sont conçus que pour un certain nombre d’utilisations (que je ne me rappelle plus) mais on peut augmenter leur durée de vie en les conservant au frigo (surpriiiiise pour les gens de passage) et tu peux aussi utiliser ton appareil en version décontractant musculaire (par exemple moi je l’utilise sur le bas du dos, mais sur les conseils de mon kiné).

Publié le 22 janvier 2015, dans Mes tests, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :