Passionnément, à ma folie de Gwladys Constant


Gwen est une fille sympa et bonne élève. Une fille qui n’a jamais eu d’histoire d’amour. Alors, quand William, le beau gosse, l’un des plus populaires du lycée, pose ses yeux sur elle, son coeur brûle tout de suite. Elle croit avoir trouvé l’âme soeur, l’amour rare qui rend soudain la vie intense. Mais le conte de fées vire vite au cauchemar. Gwen n’était qu’une marionnette, entre les mains de ce garçon. Alors, pour se sauver et comprendre, elle raconte dans ce carnet intime le piège dans lequel elle est tombée.

Couverture Passionnément à ma folie Gwladys Constant

Conclusion du test : Et paf ! Dans tes dents ! C’est un livre que j’ai reçu dans le cadre de mon boulot, et honnêtement, il ne m’a pas franchement donné envie. J’ai plutôt eu comme réflexe « oooh encore une romance qui tombe à l’eau, comme c’est original » (la fille à peine blasée quoi). Mais en consultant quelques critiques, je me suis dit que j’allais finalement lui laisser au moins une chance et j’ai commencé à lire les premières pages. Le lendemain, il était terminé (bon il ne fait que 200 pages, ce n’est pas énorme).

L’histoire suit Gwen, ou plutôt, c’est Gwen qui nous raconte son histoire à travers ses notes dans son carnet. On vit avec elle sa rencontre avec le prince charmant, leur relation jusqu’à ce que ce dernier se transforme en vilain crapaud et les dégâts qu’elle encaisse. Ce récit est mené a posteriori par Gwen, elle nous fourni donc ses émotions, ses jugements et ses pensées sur chaque événement. Petit à petit, on voit bien dans quelle relation toxique elle est empêtrée, toutefois, elle, a énormément de mal à se rendre compte du danger de la situation. Parfois, on aurait envie de la secouer par les épaules pour lui faire cliquer les idées en place, mais malheureusement, même dans la réalité, les choses sont loin de fonctionner de cette manière.

Je dirai que ce récit est dans la veine de ce que l’on nomme en anglais des « cautionary tale », c’est à dire des histoires pour mettre en garde ceux qui l’écoutent. La manipulation affective fait effectivement beaucoup de dégâts, et il est important d’en parler, ce qui est très bien fait ici. En lisant, on n’a pas forcément l’impression que l’auteur force le trait ou que les réactions des personnages sont disproportionnées (enfin, au regard du sujet traité), ce qui nous donne une impression de réalisme et de témoignage véritable.

A recommander !

Publicités

Publié le 3 février 2018, dans Livres, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :