Désinformation et Education aux médias

Doit-on « se former » au médias et à la lutte contre la désinformation ?

.

Avant de commencer, voici un petit lexique qui pourra peut-être vous être utile :

Information : Action d’informer ou de s’informer, c’est à dire de donner des informations, de communiquer une nouvelle avec neutralité et sans intention de convaincre ou de recueillir des renseignements.

Opinion : Jugement, avis, sentiment qu’un individu ou un groupe émet sur un sujet ou des faits. Cette opinion peut être orientée et/ou partisane.

Croyance : Fait de croire, c’est-à-dire de tenir une chose pour véritable ou réelle, d’être persuadé ou convaincu qu’elle est vraie ou qu’elle existe, sans avoir de preuve et indépendamment des faits. C’est une forme de conviction intime, de certitude, non rationnelle et excluant le doute (dans le cadre de la religion, on parlera de foi).

Mésinformation : processus par lequel s’élabore et se diffuse une information distordue ou incomplète, du fait du manque de vigilance, d’un excès de confiance, de l’indolence, du manque de méthode, de l’ensemble des maillons de la chaîne d’information.

Désinformation : Action de désinformer, c’est-à-dire de diffuser par les médias des informations délibérément erronées ou orientées., dans le but de protéger des intérêts privés et/ou d’influencer l’opinion publique.

—> Les termes « mésinformation » et « désinformation » sont parfois utilisés comme synonymes, car ils ont le même effet, à savoir, la propagation de fausses informations.

Ré-information : Concept très souvent associé à des blogs propageant des intox, des rumeurs et des théories du complot, dont l’orientation politique est généralement d’extrême droite.

Intox : Matraquage idéologique ou canular qui cherche à faire passer pour vrai ce qui est faux.

Théorie du complot : Récit d’un évènement à la lumière d’une conspiration. Généralement, la théorie du complot est une thèse selon laquelle les événements mondiaux sont planifiés par un groupe secret d’hommes dont le but est de dominer le monde.

Propagande : Action systématique exercée sur l’opinion pour lui faire accepter certaines idées ou doctrines, notamment dans le domaine politique ou social.

Rumeur : Nouvelle, bruit qui se répand dans le public, dont l’origine est inconnue ou incertaine et la véracité douteuse

Débunker : Démontrer que quelque chose (croyance ou théorie) est fausse, douteuse ou exagérée (l’équivalent de démystifier).

.

Aujourd’hui, avec la montée des réseaux sociaux, on voit se propager les fausses informations de manière ultra-rapide et avec une audience démultipliée.

Il suffit en effet d’un partage d’article ou d’un statut pour lancer la polémique et créer de la désinformation, avec parfois des effets directs dans la vie réelle (comme lors d’une campagne électorale) ou dans la vision de certains événements et/ou de certaines personnes.

.

Mais comment peut-on faire pour éviter de tomber dans le piège de la désinformation ?


D’abord, voici quelques conseils de base :

  • Prêtez attention à l’adresse du site sur lequel vous êtes, parfois il suffit de quelques lettres pour différencier un site officiel de sa copie (par exemple : Le Figaro et son équivalent satirique Le Gorafi).
  • Essayez de trouver de multiples sources et types de sources pour une même information (attention aux informations reprises seulement par des blogs par exemple). C’est un des conseils les plus important : recouper l’information. Attention à ne pas s’arrêter dès que l’on trouve une source qui va dans le sens de ce que l’on essaye de prouver, mieux vaut continuer et en trouver plusieurs pour asseoir son propos. Ce phénomène se nomme le « biais de confirmation », il consiste à ne remarquer et ne rechercher que ce qui confirme nos propres opinions. Il peut-être particulièrement dommageable dans le domaine des croyances et des préjugés. Pour aller plus loin sur ce sujet, un article détaillé des Sceptiques du Québec (avec une vidéo sympathique de La tronche en Biais). Mais rassurez-vous, nous sommes tous enclin à le faire.
  • Penchez-vous sur l’identité de l’auteur de l’article ou de la nouvelle en question, si besoin et en cas de doute, essayez de vous renseigner sur les autres articles produits par ce dernier.
  • De la même manière, n’hésitez pas à vous renseigner sur le site qui héberge le contenu qui vous pose question. Il devrait y avoir une partie présentant le ou les auteurs du site, si ce n’est pas le cas, essayez de vous renseigner en passant par Google. Si aucune réponse ne vous parait satisfaisante, prenez l’information avec de grosses pincettes (c’est par exemple le cas des sites anti-ivg qui ont récemment fait débat, il leur est reproché de ne pas se présenter assez clairement et de ne pas indiquer l’idée qu’ils défendent).
  • Attention, certains journaux « officiels » laissent la possibilité à leurs lecteurs de s’exprimer dans une section « tribune ». Les informations présentent à ces endroits sont alors des opinions personnelles et non des informations rapportées par le journal (par exemple la section « Vox » du Figaro).
  • La qualité esthétique du site peut parfois être un indicatif concernant son contenu (par exemple, un design de mauvaise qualité ou des articles écrits entièrement en majuscule), mais pas toujours, c’est donc un critère qui ne s’utilise pas seul (certains tenant des sites de désinformation ont compris cela et prennent maintenant soin de la présentation de leur site).
  • Essayez de prendre du recul et de faire attention aux articles polarisants. A partir du moment où le discours tenu joue sur l’émotionnel, il vaut mieux essayer de recouper l’information. En effet, un article qui provoque une vive émotion encourage à réagir sur le moment (partage et/ou commentaire indigné par exemple). C’est une technique souvent utilisée sur les réseaux sociaux et qui sert régulièrement à faire passer de fausses informations ou en tout cas des informations douteuses.
  • Essayez également de faire attention aux articles présentant de nombreux marqueurs de subjectivité, surtout si le sujet n’appelle pas à un tel traitement. Si c’est un article de témoignage, cela peut s’entendre, mais si c’est un article relatant des faits, il vaut mieux être prudent. Cela s’appelle la modalisation, et peut se traduire par la présence de pronoms particuliers (je, nous, mon, notre…) mais aussi par la présence d’indices trahissant les sentiments ou l’avis de l’auteur.
  • Soyez attentifs aux sources proposées par l’article, ou même s’il en cite tout court. Si l’article parle d’une étude, est-ce qu’il la propose à la consultation de manière totale ou seulement un résumé ?

.

Exemple d’un processus d’analyse, ce n’est pas le seul possible, n’hésitez pas à l’enrichir :

  1. L’adresse du site : est-ce que c’est un journal reconnu ? Est-ce que c’est un blog ?
  2. Le ou les auteurs du site : Est-ce qu’une section du site présente ses auteurs clairement ? Est-ce que cette partie est facilement accessible ou difficile à atteindre ? Est-ce que l’information délivrée est claire ? Est-ce qu’il faut repasser par un moteur de recherche pour connaitre les auteurs du site ? Est-ce qu’ils défendent une position particulière qui risque d’influencer leur propos ?
  3. Les sources : Est-ce que le site propose des liens ? Est-ce que ces liens renvoient seulement vers des blogs ou au contraires vers des journaux et des études reconnues ? Est-ce que vous pouvez trouver confirmation de la réalité des citations mentionnées ? Est-ce que ces dernières sont entières ou ont été soigneusement amputées des parties ne convenant pas au propos défendu ?
  4. Le style et le vocabulaire : Est-ce que l’article comporte beaucoup de fautes d’orthographe et/ou de ponctuation ? Est-ce que le vocabulaire utilisé est plutôt relevé ou complètement familier ? Est-ce que tout est écrit en majuscule ? Est-ce que le texte joue sur l’émotionnel (phrases hyperboliques) ou s’ancre dans le domaine du factuel ?
  5. Esthétique : A quoi ressemble le site ? Est-ce que sont esthétique est travaillée ? Est-ce que les images présentes sont pixélisées ou grossièrement photoshopées ?
  6. La présentation des articles sur les médias sociaux : Est-ce que les articles se reposent sur le fameux principe du « clickbait » ?

.

Que faire lorsque l’on ne parvient pas à se débrouiller seul ? Ou lorsque l’on ne trouve pas l’information voulue ?

.

Dans ce cas, mieux vaut ne pas rester seul avec ses doutes ! Essayez plutôt d’aller chercher de l’aide sur Hoaxbuster par exemple. Une armée d’amateurs sur-entrainés vous attendent sur la page facebook du même nom et vous aidera à démêler le vrai, du faux, du douteux. Le plus, c’est que des liens seront apportés, ce qui vous permettra d’avoir une (ou plusieurs) ressources sur le sujet.

N’hésitez pas à naviguer sur la page, car de nombreux sujets sont traités chaque jour, et ce que vous cherchez a peut-être déjà été débunké précédemment.

.

Est-ce que des supports sont disponibles pour éclairer le phénomène de la désinformation ? Comment peut-on présenter ce sujet à des personnes qui ne sont pas familières avec cette notion ?

.

Quelques ressources sur lesquelles se pencher :

  • La chaine youtube « Hygiène mentale » : elle est composée d’un ensemble de vidéos très bien construites et accessibles sur l’esprit critique.
  • Les sections dédiées au « débunk » des journaux classiques : on peut ici citer les Décodeurs de chez Le Monde, mais d’autres journaux font ponctuellement des points sur les info/intox comme par exemple Libération l’a fait lors des attentats : Les décodeurs de Le Monde et la section désintox de Libération
  • Un kit pédagogique sous forme de vidéo concernant les « Complots et conspirations : apprendre à reconnaître les vrais des faux » (mars 2016) proposé par Premières lignes et France télévisions en partenariat avec le CLEMI – Ministère de l’Education nationale :  vidéo-kit pédagogique 
  • Le site du réseau Canopé est riche en dossiers et vidéos sur la désinformation et le complotisme (attention certains contenus sont gratuist mais d’autres payants) : Ressources sur le complotisme

.

Un autre lieu qui rassemble des tas de ressources et d’informations sont les sites des différentes académies, et plus particulièrement les sections concernant l’éducation aux médias :

.

La recherche d’information et le croisement des sources est un processus qui peut s’avérer long et compliqué, surtout lorsque l’on commence. Toutefois, c’est une pratique qui devient essentielle et qu’il est nécessaire de maîtriser pour ne pas tomber dans les pièges de la désinformation (sur internet mais aussi dans notre vie courante). Mieux vaut vérifier pour rien que de croire aveuglément un titre d’article.

J’espère que ces quelques conseils et petits trucs vous rendront cette tâche plus aisée !

.

.

.

Si vous voulez participer à l’enrichissement de cette page, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou m’envoyer un message par l’intermédiaire du formulaire de contact !

  1. Comme ajouté sur votre FB, ça me fait un bon exercice de lire votre avis
    Actuellement sur la plateforme, (nous sommes en deuxième semaine) : https://www.fun-mooc.fr/
    ► MOOC Éducation aux médias et à l’information à l’ère du numérique
    https://www.fun-mooc.fr/courses/ENSCachan/20008S03/session03/info
    Un MOOC est un cours numérique gratuit, pendant quelques semaines
    Pas de réel challenge, de notes ………, mais des quiz après chaque semaine qui vous permettraient d’obtenir un certificat de suivi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :